Instants...
Instants...
à la une
Séance du 6 avril avec Michel Jourdin
Séance dressage pour 3 cavaliers.

Nous sommes trois à participer à la séance de dressage de cette soirée printanière. Nous pensons avoir droit à une séance musclée de mise en selle pour nous dérouiller mais même si Michel nous rappelle le bien fondé et l’utilité de la mise en selle, nous ne ferons que la détente au pas sans étriers.

Nous essayons tous de sentir notre position au plus près du cheval, le plus d’aplomb possible et en englobant le cheval de nos jambes bien descendues.

Lorsqu’on rechausse nos étriers, on a l’impression qu’ils sont trop courts, signe que nous avons bien descendu nos jambes !

La détente au pas est libre, chacun devant s’adapter au rythme de son cheval pour trouver les exercices d’assouplissement, et de transitions qui lui convienne, pour le mettre en avant, l’assouplir, le rendre léger. La base devant rester comme nous le dit Michel encore une fois : En avant, calme et droit. Le vieil adage du Général Lhotte prend toute sa dimension si on veut progresser dans une équitation basée sur l’échange et la communication.

L’impulsion et l’incurvation doivent être nos deux "préoccupations" principales et nous devons pour cela accorder nos aides à chaque mouvement défini et anticipé. Si le mouvement, la figure, la transition que nous avons décidé de faire, est mal anticipé et mal préparé, la figure sera moyenne et l’attitude du cheval, médiocre en conséquence.

L’application commence par l’anticipation. Penser au mouvement , et adapté ses aides en fonction. Pour une volte par exemple : raccourcir sa/ses rène(s) intérieures, agir de manière régulatrice avec la/les rène(s) extérieure(s), agir à la sangle à l’intérieur pour incurver le cheval autour de celle ci, la jambe extérieure ayant elle aussi un rôle régulateur. L’accord des aides est primordial pour que la figure ou l’assouplissement décidé, soit correctement executé et c’est là dessus que nous insistons le reste de la séance.

Nous enchainons sur la détente au trot puis au galop quand nous sentons nos chevaux prêts et bien en équilibre. Nous enchainons des transitions, des figures et des déplacements latéraux pour favoriser cette prise d’équilibre.

La leçon proprement dite commence au pas, en cercle autour de Michel ou nous enchainons épaules en dedans, puis en changeant l’incurvation croupe au mur, contre épaules en dedans et en changeant l’incurvation tête au mur. Les chevaux et les cavaliers sont appliqués, et il vaut mieux l’être pour éviter de se tromper d’incurvation. L’alternance des aides sur ces assouplissements est un excellent exercice pour travailler la précision celles-ci, car le résultat est immédiatement visible (ou pas !).

Nous poursuivons le travail par de grandes demi-voltes dont les obliques seront effectuées en cession à la jambe. Lorsque les cessions sont correctes aux deux mains, nous enchainons au trot, en veillant à ce que le mouvement en avant soit primordial.

Le travail sur le cercle au pas effectué avant, étant une préparation aux appuyers, nous continuons notre exercice sur les demi-voltes en partant en appuyer après la courbe de la demi-volte. L’exercice est plus difficile pour les chevaux car ils n’en font pas très souvent et aussi pour les cavaliers qui doivent absolument synchroniser leur assiette pour entretenir le mouvement en avant, tout en maintenant les aides de l’incurvation et du déplacement latéral. C’est assez laborieux au départ mais grâce aux conseils de Michel, on y arrive petit à petit !

L’exercice se poursuit au trot et la difficulté croît, puisque s’ajoute aux aides précédemment ennoncées, l’inconfort du trot !

Nous terminons la séance de travail par le galop à faux : Piste à main gauche, demi-volte au trot, cession à la jambe sur l’oblique, départ au galop à droite à la piste, puis demi-volte immédiate au galop. Rejoindre la piste intérieure au galop à faux et le conserver sur la grande courbe au fond de la carrière. L’exercice n’est pas toujours facile pour Melissa qui a du être entrainée à changer de pied, mais elle tache de faire de son mieux grâce à la patience de son cavalier.

Pour clore cette séance nous laissons trotter les chevaux en les laissant s’étendre au mieux.

Chacun conclut en expliquant ce qui a été le plus difficile pour lui et surtout ce qui a été mieux appréhendé et compris grâce à cette séance.

Ont participé à cette séance de dressage :
-  Severine et Gurky
-  Jacques et Melissa
-  Géraldine et Lys