Instants...
Instants...
à la une
Stage avec Michel Jourdin.
Stage de mise en selle et de dressage avec Michel l’instructeur.

Nous sommes 8 cavaliers pour ce stage proposé par Michel. Une séance mise en selle le matin, suivie d’une séance de dressage. L’obstacle sera travaillé après le déjeuner. La détente débute sur des mises en avant énergiques, des transitions, changement de direction et cette fois Michel est très attentif à la position de chacun des 8 cavaliers et corrige chaque petit défaut. Mise en selle oblige ! Lors de notre premier rassemblement, Michel insiste sur le bien fondé de la mise en selle : Un cavalier est d’autant bien positionné qu’il est confortable pour sa monture. C’est le ut de la mise en selle : équilibre stable, assiette souple, jambes détendues. Tous ces facteurs sont la clé d’une meilleure communication avec son cheval, et donc d’une collaboration plus efficace. Michel s’attache à redéfinir la position idéale du cavalier, sur le plat et en équilibre, et nous alternons les différentes positions, aux trois allures. Les chevaux sont comme d’habitude concentrés et appliqués. Chaque cavalier fait de son mieux pour améliorer les défauts que l’on a tous à un moment ou à un autre (talon pas assez descendu, main peu fixe, etc...) Encore une fois Michel insiste sur le fait que les chevaux de club, sont de fabuleux serviteurs et qu’il faut les ménager au maximum, afin qu’ils travaillent avec plaisir le plus longtemps possible.

Nous changeons de cheval pour la séance de dressage. Les deux cavalières de Michel sont un peu promenées par les deux vieux brisquards du club, Sampa et Suralco qui profitent de la situation. Mais on ne les connaît pas celles-ci, alors on a le droit de jouer !! Sans heurts, et toujours avec flegme Michel distille les conseils pour que chacun retrouve son calme... Nous travaillons sur le travail aux deux pistes avec alternance de hanches en dedans, épaules en dedans, transitions dans les allures, arrêt, reculé. Michel demande la franchise des mouvements et l’efficacité des aides. Il s’appuie sur les exercices de mise en selle exécutés précédemment pour nous confirmer qu’il est facile d’être confus dans sa demande : exemple : un talon mal descendu, agit lors des transitions descendantes, lorsque le cavalier s’arc boute sur ses talons au lieu de redresser son buste et de se raidir. Ce même talon mal descendu agira de la même façon pour demander la transition ascendante. C’est un même mouvement (à cause du talon mal descendu et de la crispation du cavalier), par conséquent le cheval ne comprendra pas la différence et ne réagira pas précisément aux aides ! CQFD Michel insiste encore et toujours sur : demander souvent, se contenter de peu, récompenser beaucoup. On voit que cet adage est ancré dans les habitudes de ses deux cavalières car elles n’attendent pas que Michel le dise, pour qu’elles récompensent leurs chevaux. C’est une habitude que devraient prendre beaucoup de cavaliers... Nous terminons cette séance avec le travail de voltes aux coins, cessions à la jambe sur les obliques, avec pour consigne d’être le plus précis possible.

Je n’ai pas assisté à la séance obstacle de l’après-midi, mais il m’a été rapporté que le travail fut axé sur la direction et les techniques de précision de tracé à l’abord.