Instants...
Instants...
à la une
Seance n°1 avec Michel Jourdin, Instructeur, samedi 1er octobre
Résumé de la séance du 2 octobre avec Michel Jourdin Instructeur, avec qui nous aurons rendez-vous tous les 15 jours.

Notre première séance de deux heures avec Michel Jourdin, Instructeur, eut lieu samedi 1er octobre : travail sur le plat. On nous demande de porter des éperons, de préférence à boules et les porter bas. De loin, monsieur l’instructeur, semble strict, avec l’allure sérieuse des cavaliers de la « vieille école » : bottes impeccables, éperons, mains dans le dos. Impressionnant, sans doute, , Intimidant sûrement... Nous sommes tous dans la carrière, attentifs et concentrés, réunis autour de lui où Michel nous explique le but recherché de ces séances : Approfondir notre savoir équestre, compléter le travail de nos moniteurs, construire avec nous et non pas démolir le travail d’ores et déjà accompli. La séance débute, avec ces expressions clés : « Mise en confiance, mise en selle, accord des aides ». La mise en confiance, nous sommes censés l’avoir, La mise en selle, il ne la conçoit pas comme une torture mais comme la recherche d’une meilleure position pour mieux sentir, son corps, son positionnement, et le mouvement du cheval. L’accord des aides, il va tenter de nous l’expliquer tout au long de la séance, avec l’action des jambes, des mains, et du poids du corps.

Son discours est ouvert, clair, souvent teinté d’humour, et tente de nous faire comprendre que chaque cheval est différent, comme tout cavalier, est que la finalité de l’équitation est de SENTIR, ressentir, pour toujours faire travailler le cheval dans le bon sens, pour son dos, ses articulations, son mental. La rigidité extérieure de l’Instructeur s’efface alors et apparaît le véritable homme de cheval qui cherche avant toute chose, le bien être du cheval, et la qualité de son travail grâce à la communication que nous devons instaurer avec lui. Les mots tombent et se répètent : Un cheval vaincu n’est pas un cheval convaincu. Pour que votre cheval vous donne le meilleur de lui-même, sur un carré de dressage comme sur un parcours de CSO, il faut que vous l’ayez convaincu, et non pas vaincu. Le convaincre c’est l’accompagner dans le travail, en se rappelant toujours le moment où il nous aura donné un magnifique trot moyen et ne pas rester sur les choses moins bien accomplies. C’est lui demander des exercices simples, en fonction de ses possibilités, en variant très souvent le travail, pour ne pas le blaser. Les choses les plus compliquées doivent être la combinaison de multiples choses simples, afin que chaque action soit clairement comprise par le cheval.

Nous débutons la détente, avec pour ligne de conduite : extension, raccourcissement, transitions, pour donner envie au cheval de se porter en avant. Chacun fait sa détente individuellement. Aux trois allures, Michel n’intervient pas dans notre travail. En fin de détente, il dit avoir observé tous les chevaux, et n’en a pas vu beaucoup être très engagés !

Nous allons ensuite travailler sur des voltes et pour commencer la mise en selle, nous enlevons nos étriers. Nous travaillons sur des voltes de 10m au trot enlevé en trottant sur le diagonal intérieur pour mettre davantage de poids à la levée du diagonal extérieur, afin de favoriser l’incurvation. Une simple volte mais nous sommes tous très concentrés sur l’action de la rêne d’ouverture qui doit être discrète, celle de la rêne régulatrice, la jambe intérieure d’incurvation et la jambe extérieure qui tient les hanches. Michel nous corrige très peu, mais insiste sur les bons gestes à avoir, et a un petit mot pour chacun quand on passe près de lui. Nous alternons trot assis et trot enlevé, trot rassemblé et trot moyen. Après s’être à nouveau réunis, Michel insiste sur la position qui doit avant tout, être agréable pour le cheval : une main qui n’est pas fixe, bloque le cheval dans son désir de se porter en avant, car pour éviter de se prendre des coups dans les dents, il n’avancera pas... Idem pour le cheval qui se défend, à cause d’une assiette trop raide : Le mal au dos en découlant, le fera réagir dans le mauvais sens.

Nous découvrons alors les causes et effets de nos actions, de chaque geste, et dans la logique des forces, les actions/réactions à mettre en place, pour toujours aller vers une meilleure communication !

Lors des exercices petites escapades d’Houral, qui faisait des écarts, au coin des bottes de foin. Ecart à droite pour éviter le coin. Michel se poste près du coin et lève le bras, au passage d’Houral : Il passe le coin correctement. Explication de Michel : Ca s’appelle de l’éthologie ! Engendrer un inconfort, pour que le cheval cherche le confort dans le mouvement opposé : on créé une peur à droite pour qu’il aille à gauche, vers son ancienne peur qu’il a du coup, oubliée... Et ça marche !!

Nouvel exercice : travail sur les lignes brisées, incurvation sur les petits côtés du carré, contre incurvation sur les grands, avec voltes à chaque coin et chaque fois qu’on passe en X. D’abord au pas, en soignant les incurvations, et l’engagement. Puis au trot en trottant sur le diagonal intérieur sur les petits côtés et inversement sur les grands côtés. Exercice qui parait simple dans son déroulé, mais où la concentration de chacun est primordiale pour que les figures soient correctement effectuées. Michel intervient individuellement, discrètement, et nous fait part des défauts en général, en nous réunissant à nouveau. Nous terminons l’exercice en faisant les parties de lignes brisées en cession à la jambe, qui devra être franche, dans le mouvement en avant. Le but final de cet exercice est lorsque nous l’entamerons au galop, nous passerons en X au pas, pour qu’à la cession suivante, le cheval, change de pied de lui-même... Nous travaillerons donc ce travail au galop, à la séance prochaine.

Nous terminons le travail par une remise au calme, en faisant des extensions d’encolure au pas et au trot. Les chevaux sont concentrés, détendus, et se portent en avant naturellement. Au bout de 2 heures, ils sont bien, légers, et certains très contents car des éclats de gaieté ont eu lieu jusqu’en fin de séance !!

Pour conclure, cette séance a été, pour ma part, très bénéfique, chaque mouvement étant expliqué, décortiqué, afin de mieux nous faire comprendre les finalités de nos actions, de nos aides. Même si nous éprouvons souvent des difficultés sur des exercices simples, Michel nous écoute et nous aide à les régler. Tout parait logique quand il explique les actions et les réactions, mais nous devons, grâce à ces séances les rendre aussi faciles à exécuter ! L’intervenant ne juge pas mais explique les défauts, et nous guident vers un meilleur geste. Son « rang » fait que nous avons encore du mal à lui poser des questions, mais ça devrait s’arranger au fur et à mesure des séances... Il termine en nous rappelant que nous travaillons avec des chevaux de club, polyvalents par excellence, et qui feront toujours en fonction de leur possibilité et qu’ils sont de merveilleux serviteurs... Merci Michel pour cette leçon, d’homme de cheval. Et, vivement la prochaine séance...

Les participants à la séance de samedi : De l’AEC : Julien et Suralco, Géraldine et Gala Les autres : Timothée et Gai-Luron, Noémie et Brocéliande, Thomas et Aldébaran, Charley et Gulliver, Pauline et Gurky, Morgane et Houral, Sophie et Variquino, Cécilia et Iroquois, Mélanie et Haxo.

Commentaires de Julien, membre de l’AEC et cavalier de Suralco

Un mot pour résumer : génial !!!! On a commencé par une détente individuelle et Coco était pas mal, dans des allures lentes ou allongées comme Michel voulait. Puis on s’est mit sur des cercles sans étriers et là miracle : pas un gramme dans les mains et j’ai appris que ce n’était pas avec des pressions de jambes qu’on faisait avancer un cheval mais avec des pressions de mollets (grosse erreur !!). Et donc Coco était dans un petit galop, bien remonté et très agréable. Sur les cessions j’avais du poids dans les mains au trot et en collant les mains, le problème a été résolu. Bon voilà je ne vais pas tout expliqué car c’est trop long et puis tout le groupe était bien simpa aussi. On est rentré au club ... un peu difficilement mais c’était bien marrant. Merci Michel