Instants...
Instants...
à la une
Le Concours Complet d’Equitation ou CCE
Le concours complet se déroule en 3 épreuves : dressage, cross, CSO. Il s’agit de la compétition la plus compléte et sans doute une des plus difficiles. Car en plus d’avoir des points forts dans chacune des trois disciplines, le cheval doit également avoir une capacité de récupération très importante, les épreuves se déroulant sur la même journée (sauf niveau international).

Le cavalier doit lui aussi maitriser les trois disciplines. Une épreuve test et révelatrice que chaque cavalier devrait tenter au moins une fois !

L’épreuve de dressage : Il s’agit de dérouler une reprise imposée. La légereté et la communion cavalier / cheval est alors jugée.

L’épreuve de cross : un parcours d’obstacles fixes et naturels, parcourant les bois, de grands étendues et laissant le choix aux cavaliers de choisir plusieurs types de franchissement d’obstacles (les options). S’il choisit l’option la moins périlleuse, le temps sera un peu plus long et il sera donc pénalisé sur ce point. C’est au cavalier de juger le potentiel de son cheval par rapport à l’obstacle à franchir.

L’épreuve de CSO : un parcours d’une douzaine d’obstacles, en carrière, ou terrain plat. On jugera la précision des trajectoires, l’abord de chaque obstacle (verticaux, oxer, spas, combinaisons), le bon franchissement de ces obstacles et la vitesse nécessaire pour effectuer ce parcours.

Le concours complet est sans aucun doute la discipline la plus éprouvante et l’une des plus spectaculaires, notamment dans l’épreuve de cross. Effectivement les obstacles sont fixes et les chutes sont très souvent très impressionnantes.

Le cheval de complet, doit être endurant, souple, rapide, bref, un cheval très polyvalent. Des contrôles vétérinaires, cloturent chaque épreuve afin de vérifier la récuperation du cheval et les éventuels problèmes tendineux, musculaires ou osseux.

Aujourd’hui, la chute du cheval est éliminatoire. C’est une avancée, car ce n’était pas le cas, il y a quelques années, et il n’était pas rare, de voir le cheval terminer le cross, et mourir quelques temps plus tard d’hémorragie ou d’arrêt cardiaque.

Aujourd’hui tout est mis en oeuvre pour que le cheval soit parfaitement suivi, et stoppé à la moindre alerte physique.