Instants...
Instants...
à la une
A chaque cavalier, un cheval...
Il est évident, que tous les chevaux ne peuvent convenir à chaque cavalier et vice versa. Lorsqu’on est cavalier de club, il y a toujours un cheval qu’on préfère, soit de par son comportement, soit d’après le plaisir qu’on a à le monter, soit un mélange de tous les petits moments partagés avec lui

Lorsque l’on veut chercher SON cheval, il est indispensable de cerner nos attentes et nos capacités afin de choisir au mieux son compagnon. Le niveau d’équitation est important, mais moins que la capacité à appréhender les besoins essentiels du cheval, à savoir gérer son « habitation », sa nourriture, et les soins qui lui sont propres. Avoir son cheval est une grande responsabilité, car il faudra s’occuper de lui chaque jour, et ce, pendant une vingtaine d’années !

Le tempérament du cheval doit être le point principal du choix de celui-ci. En effet, craquer sur des critères physiques, est absurde, car il faut impérativement choisir notre compagnon, en fonction :

-  1 De ce que l’on veut faire avec.
-  2 De notre capacité à l’intégrer dans notre vie au quotidien.
-  3 De notre niveau d’équitation

1 - Ce que l’on veut faire

Il est impératif de choisir un cheval selon ce que nous souhaitons faire avec lui. Des races sont prédisposées aux différentes disciplines, dans les grandes lignes, même si des races comme les trotteurs, ou selle français sont polyvalents, et conviennent quasiment à toutes les disciplines. Choisir un cheval calme et tranquille, si vous ne vous sentez pas de canalisez sans arrêt un cheval fougueux, choisir un cheval fougueux si vous vous en sentez capable, et si vous connaissez parfaitement ce type de chevaux... Si vous pratiquez la compétition, le selle français et l’anglo arabe seront particulièrement talentueux. Si vous ne faites que du dressage, les ibériques, selle français, et les chevaux allemands, y sont particulièrement prédisposés. Si l’équitation de loisir a votre préférence, un cheval calme, endurant, au pied sur, quelque soit sa race, vous conviendra...

Suivez les conseils de votre moniteur, allez visiter des élevages, et trouvez LE cheval, qui conviendra parfaitement à votre discipline de prédilection. Vous pouvez également adopter un cheval dans un refuge, si vous souhaitez en faire un fabuleux animal de compagnie.

2 - L’intégrer dans notre vie quotidienne

Posséder son cheval, c’est prévoir pour lui un budget qui peut devenir très rapidement, très important. En effet, selon le mode de vie que vous choisirez pour lui, le budget mensuel lui incombant, pourra aller d’une centaine d’euros pour une pension au pré, à 450 euros pour une pension complète en club, avec nourriture et sortie de votre cheval en votre absence. Les frais de vétérinaire peuvent rapidement être élevés si votre cheval est fragile, et il faudra compter une ferrure tous les deux mois, à raison de 60 € par cheval environ. Si votre cheval est en box, dans une écurie privée ou un club, on pourra le sortir pour vous, mais il faudra prévoir dans votre emploi du temps d’aller le monter, le longer ou le travailler en liberté, au mieux tous les jours, au pire 3 jours par semaine. L’avantage de la pension en écurie ou club, étant la mise à disposition des installations telles que carrière, manège couvert, douche, et souvent accès aux cours avec moniteur. L’inconvénient majeur, est que le cheval est en box...

La pension au pré (avec parfois box ou stabulation libre la nuit) est la plupart du temps, celle qui convient le mieux à l’herbivore grégaire qu’est le cheval. Son prix est aussi le moins élevé. Il est cependant nécessaire de rendre visite à votre cheval tous les jours, pour vérifier l’eau, les clôtures et inspecter les éventuels blessures de votre cheval. L’idéal étant évidemment d’avoir un pré attenant à sa maison, mais ce n’est pas toujours évident à trouver, malheureusement !!

3 - Notre niveau d’équitation

Mieux vaut avoir un cheval qui connaît déjà les bases de l’équitation, si l’on est débutant, et il est primordial de choisir un cheval en adéquation avec notre niveau d’équitation. Sans quoi les incompréhensions mutuelles seront multiples et il sera difficile d’arriver à créer un lien harmonieux avec sa monture, si vous ne pouvez pas communiquer correctement avec lui.

Trouver le compagnon idéal demande une profonde réflexion, quant au choix du cheval lui même et aussi dans notre capacité à lui fournir un lieu de vie, et des soins privilégiés. C’est un rêve pour nombre de cavaliers, mais avoir son cheval à soi, demande d’y consacrer beaucoup de temps et pas mal d’argent. Ce n’est pas une décision à prendre à la légère ! Mais quand la décision sera prise, n’hésitez pas à demander conseil à vos moniteurs, pour le choix du meilleur compagnon.